$avoir en banque

Learnsave Coverfr SmUn projet pilote national sur les comptes individuels de développement axés sur l’apprentissage chez les adultes

Peut-on encourager les adultes à faible revenu à économiser dans le but de faire des études ou une formation ou de démarrer une petite entreprise? Cette question était au cœur de $avoir en banque, un projet pilote qui mettait à l'essai des comptes individuels de développement. Les CID encouragent les personnes à faible revenu à acquérir des actifs productifs en vue d'améliorer leur situation.

Dans le cadre du projet $avoir en banque, pour chaque dollar déposé dans un compte $avoir en banque, les promoteurs du projet contribuaient pour un montant de trois dollars sous forme de crédits jumelés. Les participants avaient jusqu’à trois ans pour économiser un montant maximal de 1 500 $. Par conséquent, lorsqu’on ajoutait la contribution jumelée, le montant total disponible pour le participant pouvait atteindre un maximum de 6 000 $. À l’instar d’autres programmes de CID, $avoir en banque offrait aussi de l’aide aux participants sous la forme d’une formation en gestion financière et de services de gestion des cas. Les participants disposaient de 48 mois seulement pour utiliser les crédits qu'ils avaient reçus.

L’utilisation des fonds jumelés était limitée à des fins de formation et d’éducation ainsi qu’au démarrage d’une petite entreprise.

Méthodologie

Un total de 4 827 participants se sont inscrits à $avoir en banque, que l'on a administré dans dix endroits d’un bout à l’autre du Canada. La Société de recherche sociale appliquée (SRSA) et Social and Enterprise Development Innovations (SEDI) ont mené le projet conjointement. SEDI était chargé de la mise en œuvre et de la prestation du projet en collaboration avec un réseau d’organismes à but non lucratif. Des établissements financiers locaux ont collaboré avec les organismes communautaires pour fournir aux participants de $avoir en banque des comptes de dépôt.

Durant tout le projet lancé en juin 2001, la SRSA a supervisé le processus de recherche et d’évaluation visant à évaluer la mise en oeuvre de $avoir en banque et à déterminer les impacts du projet. La SRSA a évalué le projet en effectuant des essais aléatoires à Vancouver, Toronto et Halifax. Les participants ont été assignés de façon aléatoire à un groupe programme et à un groupe témoin et les séries de résultats ont fait l'objet de comparaison. Les chercheurs ont examiné en particulier si les participants à $avoir en banque :

  • ont élargi leur activité d'établissement de budget ainsi que la fixation d'objectifs financiers;
  • ont augmenté le montant économisé et la nouvelle valeur générale durant la période d’épargne;
  • ont accru leur participation à l’apprentissage d'adultes et au démarrage d'une petite entreprise;
  • ont amélioré leurs perspectives d’emploi et de revenu.

Parmi les recherches entreprises, on citera une étude de cas sur la prestation de services dans les trois villes précitées et dans sept autres emplacements répartis au pays – Calgary, Winnipeg, les comtés ontariens de Grey-Bruce, Kitchener-Waterloo, Montréal, Fredericton et Annapolis-Digby, en Nouvelle-Écosse. Une analyse de l'efficacité des coûts a été effectuée afin de déterminer si un programme comme $avoir en banque est rentable à plus grande échelle.

État du projet

Le projet s'est terminé avec la publication du rapport de recherche final en novembre 2010. Le rapport a confirmé que l'épargne jumelée peut encourager les bas salariés à épargner pour les études postsecondaires et la formation et à accroître les inscriptions. Toutefois, le rapport démontre que l'option est coûteuse afin de promouvoir l'apprentissage chez les adultes et présente des possibilités de réduire les coûts. Par ailleurs, les avantages exceptionnels pour un grand nombre de participants qui se seraient inscrits à l'éducation des adultes même en l'absence de $avoir en banque ont réduit le coût-efficacité du programme. D'autres programmes d'aide financière font face à ce problème, quoiqu'il ne soit pas mesuré.

En août 2005, la SRSA a publié Conception et mise en œuvre d’un programme d’aide à l’épargne pour les pauvres, le deuxième rapport sur le projet $avoir en banque, où l'on a décrit en détail la mise en œuvre de $avoir en banque et présenté les leçons tirées. Dans son rapport de janvier 2008, Apprendre à épargner, épargner pour apprendre : Résultats préliminaires du projet de comptes individuels de développement $avoir en banque, la SRSA a démontré que les adultes à faible revenu peuvent économiser, surtout en modifiant leur portefeuille d'actifs. Selon le rapport de mars 2009, Apprendre à épargner, épargner pour apprendre : résultats intermédiaires du projet de comptes individuels de développement $avoir en banque, les crédits jumelés ont encouragé l'apprentissage des adultes parmi les participants, surtout l'inscription à des programmes d'études postsecondaires.

Financement

$avoir en banque était financé par Ressources humaines et Développement des compétences Canada.