Nos projets de démonstration et d'évaluation

Les projets de démonstration (ou pilotes) et d’évaluation de la SRSA s’efforcent de répondre à des questions telles que : Peut-on concevoir des programmes sociaux qui visent à réduire la pauvreté tout en encourageant l’autonomie? Les programmes peuvent-ils améliorer les chances à long terme des jeunes Canadiens en changeant leurs comportements négatifs (comme le décrochage scolaire) en comportements positifs (comme terminer ses études secondaires et entreprendre des études postsecondaires)? Pour qui les programmes sont-ils le plus fructueux? Sont-ils rentables? Les programmes novateurs peuvent-ils être répétés? Quels facteurs expliquent la réussite?

Pour déterminer si un programme est efficace, le principal élément utilisé est une étude d’impact bien conçue qui permet de mesurer l’apport spécifique du programme en sus des résultats qu’obtiendraient les participants s’ils agissaient sans lui, et indépendamment des forces économiques ou autres facteurs externes qui peuvent entrer en jeu. Pour obtenir des réponses fiables, il peut s’avérer nécessaire de faire appel à un grand nombre de participants, et même de les suivre pendant plusieurs années après leur recrutement initial à l’étude d’impacts. La collecte de données sur plusieurs années permet de distinguer certaines tendances : plus la période d’analyse est longue, plus il est probable que l’analyse pourra rendre compte de l’ensemble des avantages et coûts du programme.

Alors que l’étude d’impact indique si un programme fonctionne, c’est principalement au moyen d’une recherche sur la mise en œuvre qu’on peut comprendre comment et pourquoi il fonctionne (ou ne fonctionne pas). Ce volet de l’étude d’évaluation repose principalement sur des travaux de recherche par observation effectués en plusieurs endroits, ainsi que sur des entrevues menées auprès des décideurs, des gestionnaires et du personnel chargé de la prestation du programme, et sur des discussions avec les participants au programme. La recherche sur la mise en œuvre permet de repérer les écarts entre la politique et la pratique, les goulots d’étranglement, les éléments sous-utilisés du programme ainsi que le mouvement des participants entre les éléments du programme qui fonctionnent bien et ceux qui ne marchent pas. Elle permet également une rétroaction relativement au contenu et à la qualité du programme.

Enfin, l’analyse avantages-coûts compare les données sur l’impact du programme aux données sur ses coûts opérationnels, ce qui permet de déterminer si le programme est rentable. Il ne suffit pas d’établir les avantages reliés au programme, il est tout aussi important de savoir si la valeur de ces avantages dépasse leur coût de production. Les analyses de ce genre sont habituellement menées du point de vue des budgets gouvernementaux, des participants aux programmes et de la société dans son ensemble.

En faisant appel à l’ensemble de ces outils d’évaluation, les gestionnaires peuvent établir des liens directs entre la pratique et la politique ainsi qu’entre les impacts et les coûts.